Le premier site de vente de pulls éthique et éco-responsable

Made in France

Le 12 juin plusdepulls a été invité à la projection du documentaire de Benjamin Carle « made in France » http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/c-made-in-france/pid6919-le-documentaire.html au cinéma le Louxor à Paris :

cinema le louxor paris

Situé dans le 10e arrondissement de Paris, à l’angle du boulevard de la Chapelle et du boulevard de Magenta, le cinéma est édifié en 1921 rare rescapé des cinémas d’avant-guerre, le Louxor est un remarquable exemple de l’architecture antique des années 1920. La façade néo-égyptienne et les toitures de ce bâtiment ont été inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 5octobre1981. Aux motifs floraux s’ajoutent scarabées, cobras et, au-dessus de la petite terrasse, un grand disque ailé. La salle avec ses deux balcons offre alors 1 195 places.

 

Le Louxor est rapidement intégré au réseau des cinémas Lutétia qui, pendant les années 1920, jouent un rôle de premier plan dans l’exploitation cinématographique avec les cinémas Aubert.

Le Louxor, comme tant de salles de quartier, subit les conséquences du déclin de fréquentation qui s’amorce dès la fin des années 1950, obligeant le cinéma à se renouveler et les exploitants à moderniser leurs salles. Couleur, cinémascope, qualité du son, le Louxor suit le mouvement et s’adapte. S’il conserve au cours des années sa structure originelle et possède encore une vaste salle avec deux niveaux de balcon, il a subi plusieurs transformations, notamment en 1954 et 1964.

 

La programmation, elle aussi, doit s’adapter aux changements sociologiques et au goût du public qui le fréquente. Longtemps cinéma populaire qui passe aussi bien les succès français grand public que les films américains, le Louxor choisit de projeter à partir des années 1970 des films « exotiques » (indiens, égyptiens par exemple) en version originale, susceptibles d’attirer une population immigrée en nombre croissant dans le nord-est de Paris ainsi que du porno soft. En 1976, la projection du film Chronique des années de braise devient un évènement culturel et social pour le quartier.

 

Le 29 novembre 1983, c’est la dernière séance du Louxor puis Pathé vend le bâtiment à la société Tati qui souhaite y implanter un commerce et empêcher qu’un concurrent ne s’y installe. Faute de ne pouvoir modifier la façade, le projet échoue et Tati cède la gérance à des projets d’exploitation de boîtes de nuit au milieu des années 1980 : d’abord boîte de nuit antillaise baptisée La Dérobade, il devient en août1987 la plus grande discothèque gay de la capitale sous le nom de Megatown. Celle-ci ferme en 1988, peu avant la mort de son créateur David Girard en 1990, et le bâtiment est laissé à l’abandon. Le Louxor – Palais du cinéma va connaître alors une longue éclipse.

 

À partir de 2001, des associations de quartier — parmi lesquelles Action Barbès — se mobilisent pour sauver ce patrimoine de la ruine. Leur revendication est double : que la ville de Paris rachète le Louxor et le rende à sa vocation culturelle. Après deux ans de mobilisation, la municipalité parisienne parvient à trouver un accord avec la société Tati et achète le bâtiment le 25juillet2003. En 2008, l’architecte Philippe Pumain est désigné pour mener une opération de réhabilitation9 dont les travaux commencent dans le courant 2010, pour une ouverture prévue au printemps 2013. La date de l’inauguration est finalement fixée au 17 avril 20135,10 et l’ouverture le 18 avril 2013 avec au programme les films The Grandmaster de Wong Kar-wai, No de Pablo Larraín, Free Angela de Shola Lynn et Le repenti de Merzak Allouache.

 

Avec la restauration de sa façade, la restitution partielle de la grande salle (réduite), portant le nom de salle Youssef Chahine, et de ses décors, la création de deux nouvelles salles en sous-sol, le Louxor est rendu à sa vocation initiale de salle de cinéma. Le plafond de la plus petite salle est voûté en anse de panier, en référence aux tombeaux égyptiens de la vallée des rois, et d’un ton sombre pour la décoration. La salle moyenne reprend le thème de la salle à colonnades et a un « plafond ciel », bleu égyptien, thème décoratif que l’on retrouve dans un certain nombre de tombeaux égyptiens. (cf. wikipédia)

arnaud montebourg et benjamin carle plusdepulls

bref, après la projection, on a pu donné nos cartes de visite, parler de nos pulls made in France, prendre quelques petites photos, et rencontrer d’autres acteurs du made in France !

marie ANSQUER

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.